[SQL Server] Installation d’une instance SQL Server 2014 standalone

Ce billet traite de l’installation SQL Server 2014 en standalone.

Notez qu’une version d’évaluation de SQL Server 2014 peut être récupérée ici : http://www.microsoft.com/en-us/evalcenter/evaluate-sql-server-2014.

Prérequis généraux

Pour plus de détails (et notamment des prérequis sur la virtualisation), référez-vous au lien suivant :
https://technet.microsoft.com/en-us/library/ms143506(v=sql.120).aspx.

Vous pouvez également aller à cette URL, pour en savoir plus sur les fonctionnalités qui ne sont plus supportées dans SQL Server 2014 : https://msdn.microsoft.com/en-us/library/ms143729(v=sql120).aspx.

Environnement système

Voici quelques remarques-clés (et non-exhaustives) :

  • Retenez bien que pour SQL Server 2014, Windows XP, Windows Server 2000 et Windows Server 2003 ne sont pas supportés.
  • SQL Server 2014 ne doit pas être installé dans un environnement faisant office de contrôleur de domaine
  • Assurez-vous que votre pare-feu (Windows et/ou autre) accepte les accès SQL Server. Plus de détails ici.
  • Assurez-vous que le service WMI (Windows Management Instrumentation) est activé (Panneau de configuration > Outils d’administration > Services).

 


Espace disque minimal et stockage

Ces prérequis s’appliquent à SQL Server 2014:

Instances et fonctionnalités Espace disque requis
Moteur SQL (OLTP), fichiers de données et de logs, réplication et Full-Text Search 811 Mo
Analysis Services 345 Mo
Reporting Services et Report Manager 304 Mo
Integration Services 591 Mo
Master Data Services 243 Mo
Composants clients (SQL Server Management Studio, BI Development Studio, outils SSIS) 1823 Mo
BOL (Books Online) 375 Ko

 

Si possible, chaque partition utilisée pour SQL Server 2014 doit être en format NTFS. Assurez-vous également que dans le cas de Windows Server 2003, les partitions soient alignées, pour des raisons de performances (cette recommandation n’est pas applicable dans le cas de Windows Server 2008 ou plus, l’OS effectuant déjà automatiquement cette opération).
De plus, songez, avant toute installation de SQL Server, à la nécessité d’allouer une taille d’allocation de clusters de 64Ko pour les partitions dédiées à SQL Server. En effet, par défaut, Windows donne 4Ko, ce qui est peu adapté aux fichiers de bases de données, de logs, de sauvegardes et de tempDB qui consomment des chunks (taille de blocs optimaux) plus élevés.

Pour finir, évitez d’installer SQL Server 2014 sur une partition compressée.

 

Mémoire

Les préconisations sont les suivantes :

  • Mémoire minimale : 512 Mo pour l’édition Express, 1 Go pour les autres.
  • Mémoire recommandée : 4 Go ou plus (1 Go pour l’édition Express), dont 2 Go minimum recommandés pour la fonctionnalité DQS (Data Quality Services), que nous n’allons pas aborder dans ce billet.
  • Mémoire maximale : celle de l’OS.

CPU

Les recommandations minimales sont les suivantes pour :

  • Les instances SQL Server 32 bits :
    • Types de processeur au minimum : processeur Itanium ou plus rapide
    • Fréquence d’horloge minimale : 1,0 Ghz ou plus (2,0 Ghz ou plus sont recommandés).
  • Les instances SQL Server 64 bits :
    • Types de processeur au minimum : AMD Opteron, AMD Athlon 64, Intel Xeon (avec support Intel EM64T), Intel Pentium IV (avec support EM64T) ou plus rapide
    • Fréquence d’horloge minimale : 1,5 Ghz ou plus (2,0 Ghz ou plus sont recommandés).
L’utilisation d’une machine NUMA-aware est recommandée, surtout s’il y a un certain nombre de CPUs qui sont susceptibles d’être fréquemment utilisés par SQL Server.

 

Logiciels

Le framework .NET 3.5 est requis pour l’installation de SQL Server 2014 (qui peut installer automatiquement la version 4.0 à partir des fichiers d’installation, sauf l’Express Edition qui le téléchargera et l’installera à partir d’Internet).

Et côté Internet, Internet Explorer 7.0 (ou navigateur de niveau comparable) est, au minimum, recommandé.

Moniteur

SQL Server 2014 nécessite un moniteur avec une résolution Super VGA (800 x 600) ou supérieure.

 

Installation et configuration

Présentation du contexte

Notre exemple sera axé autour de SQL Server 2014 64 bits (en version EN-US). L’installation sera faite sur une machine appelée Mac-ROG.

On supposera que la collation par défaut doit être Latin1_General_CI_AS (classement en latin sans sensibilité à la casse, mais avec sensibilité aux accents), et qu’Integration Services (SSIS) doit être également installé, ainsi que les composants de connectivité (de compatibilité, clientes,…), les composants de réplication, le moteur Full-Text Search (FTS), toutes les fonctionnalités de SSMS (SQL Server Management Studio) et BIDS (Business Intelligence Development Studio), et enfin Analysis Services (SSAS) et Reporting Services (SSRS). Nous installerons également, pour l’exemple, les fonctionnalités du Distributed Replay, et Master Data Services.

En temps normal, il est recommandé de n’installer que les fonctionnalités nécessaires. Par exemple, si vous ne comptez pas utiliser un client Distributed Replay, ne le sélectionnez pas durant le processus d’installation.

 

Entrée dans le vif du sujet 

En cas de soucis d’installation, vous pouvez consulter le détail de l’avancement de l’installation journalisée par Windows dans les logs du Setup Bootstrap de SQL Server. Un tel fichier est généralement retrouvable dans : C:\Program Files\Microsoft SQL Server\120\Setup Bootstrap\Log.

 

Après avoir lancé l’exécutable d’installation, suivez les étapes suivantes :

  • Choix de l’architecture de SQL Server 2014 :

    Après double-clic sur setup.exe (fichier ISO, par exemple) ou lancement du média, une fenêtre faisant figure de centre d’installation de SQL Server va s’ouvrir. Avant toute installation de SQL Server 2014, il est important de vérifier l’architecture sélectionnée dans la section Options où un panel de choix d’architecture (32 bits ou 64 bits) est proposé par le programme d’installation en fonction de la licence choisie :


     

    Notez que le répertoire racine du support d’installation ne fait pas référence au dossier dans lequel seront installés les composants et fichiers SQL Server, mais plutôt au dossier où se trouvent les fichiers sources d’installation.

     

  • Lancement de l’installation.

Sélectionnez Installation au sein du menu latéral, à gauche de la fenêtre, puis choisissez New SQL Server stand-alone installation or add features to an existing installation :


Cela aura pour effet de lancer la boîte de dialogue suivante :


  • Vérification des règles globales.

Cette opération se fait automatiquement juste après l’affichage de la boîte de dialogue précédemment citée :


S’il existe au moins une erreur, tâchez de l’identifier au sein de la liste des règles, et de la corriger. Dans le cas échéant, si tout va bien, cliquez sur Next pour aller à l’étape suivante, cela aura pour effet de lancer la même boîte de dialogue d’attente que celle vue plus haut.

Cliquez sur Next pour passer à l’étape suivante.

  • Vérification des dernières mises-à-jour de SQL Server.


Si l’installateur trouve au moins une mise-à-jour, validez son inclusion dans le processus d’installation.

Cliquez sur Next pour passer à l’étape suivante.

  • Installation des fichiers de configuration.


  • Vérification des règles de support du programme d’installation.


Si une règle échoue, tâchez de la corriger.

Cliquez sur Next pour passer à l’étape suivante.

  • Spécification de la clé de produit.

Normalement, durant cette étape, l’installeur spécifie automatiquement la clé de produit de l’instance à installer. Si ce n’est pas, vous pouvez l’entrer manuellement :


La clé de produit spécifiée ou une version gratuite choisie (Evaluation ou Express), pressez ensuite sur Next.

  • Acceptation des termes du contrat de licence :


Les termes du contrat acceptés, pressez ensuite sur Next.

  • Choix du rôle d’installation.

Plus d’informations ici.


Optez pour :

  • SQL Server Feature Installation (ce que l’on va faire), si vous souhaitez choisir des composants spécifiques à installer.
  • SQL Server PowerPivot for Sharepoint, si vous souhaitez installer PowerPivot sur une ferme Sharepoint (nouvelle ou existante), avec éventuellement le moteur de bases de données SQL Server.
  • All Features With Defaults, si vous souhaitez tout installer, avec les valeurs de comptes de service par défaut.

Pressez sur Next.

  • Sélection des fonctionnalités de SQL Server.

Choisissez d’installer les fonctionnalités de SQL Server souhaitées :


… puis pressez sur Next pour aller à l’étape suivante. Sachez que vous pouvez modifier le répertoire par défaut des fonctionnalités partagées.

Un clic sur Next aura pour effet de lancer une vérification visant à déterminer si le processus d’installation sera bloqué ou non :


Cliquez sur Next pour accéder à l’étape suivante.

  • Spécification de l’instance à créer.

Par défaut, le nom de l’instance est utilisé comme identifiant d’instance. Il permet d’identifier les répertoires d’installation et les clés de registre de l’instance SQL Server à installer. Tel est le cas pour les instances par défaut et les instances nommées. Pour une instance par défaut, le nom de l’instance et l’ID d’instance seront MSSQLSERVER.

Dans notre exemple, les valeurs par défaut sont laissées inchangées (y compris le répertoire d’installation par défaut, s’il convient), hormis le type et nom de l’instance (SQL2014) :


Le fait de choisir le type Default instance donnera, par la suite, le nom de la machine comme futur nom de l’instance SQL Server.

Notez que vous pouvez modifier la racine du répertoire de l’instance pour SQL Server, SSAS et SSRS. Et notez également que les instances SSAS et SSRS adopteront toujours le nom de la machine, y compris si vous optez pour une instance nommée (c’est-à-dire : <Nom_Machine>\<Nom_instance>).

Cliquez sur Next pour accéder à l’étape suivante.

  • Spécification des comptes de service.

Spécifiez le compte de service de chaque service choisi précédemment qui sera utilisé (SQL Server, son SQL Server Agent, ainsi que les instances de BI (SSAS, SSIS, SSRS), et les fonctionnalités SQL Server Distributed Replay) :


Par défaut, le programme d’installation créé des comptes locaux dédié à chaque service. A l’échelle d’une organisation critique, il est néanmoins recommandé :

  • De créer, pour chaque service, un compte de type Domain Account (via Active Directory) dédié.
  • Donner à chaque compte, le niveau de privilèges le plus bas possible.

Par ailleurs, n’oubliez pas de choisir le type de démarrage automatique pour le SQL Agent (qui est, par défaut, à Manual). De plus, laissez, sauf cas particulier, le SQL Server Browser désactivé.

Dans l’onglet Collation, choisissez la bonne collation en fonction des besoins (dans notre cas, Latin1_General_CI_AS) :


Cliquez sur Customize pour Database Engine (le moteur SQL Server) et/ou Analysis Services si vous souhaitez modifier la collation par défaut :


 

Après vos différentes configurations, passez à l’étape suivante via clic sur Next
(au sein d’un des 2 onglets).

  • Spécification du mode d’authentification et des répertoires par défaut pour le moteur SQL Server.

Dans l’onglet Server Configuration,
choisissez le mode d’authentification mixte (Windows + SQL), puis spécifiez un mot de passe pour le compte sa :


Vous pouvez en profiter pour ajouter votre compte Windows dans la liste des utilisateurs membres du rôle sysadmin (rôle le plus élevé au sein de SQL Server).

Dans l’onglet Data Directories choisissez les bons répertoires par défaut :


Pour des raisons de conventions et de performances, il est recommandé de placer les fichiers de données (MDF) et de logs (LDF) sur des disques séparés. Et il en est de même concernant tempDB (base de données temporaire) et des sauvegardes. Vous pouvez jeter un coup d’œil ici.

Pour ce qui est des bases de données systèmes, elles peuvent éventuellement être laissées ensemble sur le disque d’installation (partition C), étant donné qu’elles subissent rarement de fortes activités transactionnelles et n’atteignent pas de taille volumineuse.

Il est possible d’envisager le déploiement d’une partition dédiée aux bases systèmes (MDF et LDF ensemble).

 

Notez que vous pouvez toujours spécifier les répertoires par défaut après l’installation (suite à un oubli, ou évolution des besoins).

L’onglet FILESTREAM concerne l’activation ou non de la fonctionnalité de stockage de données volumineuses (comme les documents, par exemple). Par défaut, cette fonctionnalité est désactivée, mais vous pouvez l’activer si au moins une base de données de la future instance nécessite son utilisation.

Pour passer à l’étape suivante, cliquez sur Next.

  • Spécification du mode d’authentification et des répertoires par défaut pour le moteur SQL Server.

Dans l’onglet Server Configuration, optez pour un serveur SSAS :

 


SI possible, n’hésitez pas à ajouter des utilisateurs autorisés au niveau sysadmin, à cette étape de l’installation.

Dans l’onglet Data Directories choisissez les bons répertoires par défaut :


A l’instar de ce qui a été dit à l’étape précédente, il est, en temps normal, recommandé de séparer, si possible, chaque type de fichier, pour des raisons de performances.

  • Choix du mode d’installation et de configuration de SSRS.


Grosso-modo, vous avez le choix entre une installation avec configuration automatique de l’instance SSRS (par défaut), une installation seule (si vous souhaitez configurer manuellement l’instance SSRS plus tard via le Reporting Services Configuration Manager). L’autre option dédiée à Sharepoint n’est utile que s’il y a une ferme Sharepoint à utiliser.

  • Spécification des utilisateurs ayant un accès illimité au Distributed Replay Controller.


Après l’ajout éventuel d’utilisateurs, cliquez sur Next.


Après avoir terminé la configuration (choix du nom du contrôle et des répertoires de travaux et de résultats), cliquez sur Next.

  • Revérification des règles d’installation et de configuration des composants.


Si tout va bien, cliquez sur Next pour passer à l’étape suivante.

  • Résumé des configurations choisies et installation du moteur SQL et de ses fonctionnalités.


Notons qu’à cette étape, il est possible de générer un fichier de configuration INI pour une installation silencieuse.

 

Cliquez sur Install pour lancer l’installation pour de bon :


  • Résultat de l’installation et vérifications.

Si la progression de l’installation s’est déroulée sans accroc, vous aurez le résultat suivant :


Cliquez sur Close pour quitter la fenêtre d’installation.

Vous pouvez noter la présence des services installés (instance nommée SQL2014) dans le menu Démarrer  ou dans Services (accessible via services.msc, par exemple) :


Pour finir, lorsque vous tenterez de vous connecter à une instance SQL Server via SQL Server Management Studio (accessible dans le menu Démarrer, par exemple), vous aurez cette boîte de dialogue de connexion :


Vous pouvez également accéder à SSAS, SSIS ou SSRS en spécifiant le type de serveur, comme ci-dessus.

Sachez que pour vous connecter aux instances de BI (SSAS, SSIS et SSRS), seul un login Windows (et non SQL) est nécessaire. De plus, sachez également que pour accéder à Integration Services, vous devrez utiliser le nom du serveur, y compris si votre moteur SQL est une instance nommée (i.e., du genre <Nom_Serveur>\<Nom_Instance>),

Notez que si vous constatez que si est un service est endommagé, mais que vous ne souhaitez pas devoir tout réinstaller from scratch, vous pouvez sélectionner l’option Repair, au sein de la section Maintenance du programme d’installation de SQL Server.

 

 

Pour aller plus loin…

L’installation faite, vous pouvez notamment :

  • Configurer les accès réseaux (si nécessaire) via le SQL Server Configuration Manager.
  • Effectuer un performance tuning au niveau OS ou SQL Server (voir cette section).
  • Effectuer un paramétrage de vos instances.
  • Mettre-en-place un plan de maintenance.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s